2010-08-15

2010 : le passé du futur


En 1984, Peter Hyams, à qui on doit Capricorn One en 1977 et Outland en 1981 avec Sean Connery, adapte un roman d'Arthur C. Clarke avec qui il sera en contact par email durant le tournage. Cet échange par email est à cette époque une nouveauté et constitue le premier exemple d'une telle correspondance. On peut lire ces emails dans le livre The Odyssey File.

Le film sur lequel les deux hommes travaillent, c'est


16 ans après 2001, 2010 : l'année du premier contact dit, dès sons sous-titre, son ambition. Suite au chef d'oeuvre de S. Kubrick, le film oscille entre l'hommage et l'exégèse. Le film n'a pas un grand succès et existe pour de nombreux commentateurs dans l'ombre de son modèle. 

Si 2001 est encore une référence dans l'histoire de la science-fiction au cinéma, c'est parce que le film projetait un futur. 2010 appartient aux années 80 : les effets spéciaux sont très honnêtes mais sont déjà une redite ; le thème de la guerre froide dans lequel s'inscrivent les relations entre les astronautes américains et le cosmonautes russes fige le film dans son époque ; de même, les plans du vaisseau spatial Leonov ne tiennent pas la comparaison avec les "plans hommage" à 2001 de Alien (1979).

Cela dit, 2010 est plein de curiosités. Boite Noire en propose quelques unes en quelques photogrammes. 
Le film s'ouvre sur un prologue explicatif, utilisant des photogrammes de 2001



Le monolithe n'est pas trouvé dans 2001 dans la mer de la tranquilité mais dans le cratère de Tycho à plusieurs centaines de kilomètres de la mer de la tranquilité. (2010 comprend de nombreuses "erreurs" ou approximations de la sorte.)

2010 expose immédiatement son défaut principal : il ne laisse pas de place à l'énigme, au mystère créé par S. Kubrick.


 Bowman ne prononce pas cette phrase dans 2001. En revanche, elle apparaissait dans le roman de A. C. Clarke. 

Autre exemple de "révélation" : le public sait dès le prologue que le monolithe contient des étoiles ! 


La petite soeur de HAL, SAL a la voix de Candice Bergen (épouse du réalisateur Louis Malle.)


Phoenix, c'est le nom donné à la mission. C'est aussi le projet de Peter Hyams : faire revivre 2001...


Sur la banc à droite, docteur Heywood Floyd (Roy Scheider Jaws ! ) porte une cravate qui disparaît au plan suivant. Le vieil homme seul à gauche, c'est Arthur C. Clarke. 


Plus de cravate ! Arthur C. Clarke au second plan. 

A bord du Leonov (le vaisseau russe à bord duquel les américains volent en direction du vaisseau The Discovery)


Le texte en anglais en lettres rouges sous l'écran en russe (!) est un extrait...des consignes d'utilisation des toilettes dans 2001 ! (La référence se niche dans les détails.)

Autre hommage :

A gauche, Arthur C. Clarke, à droite, Stanley Kubrick.

Stanley Kubrick fit détruire les décors de 2001 afin qu'il ne soit pas réutilisés abusivement comme cela avait été le cas des décors de Spartacus.
Peter Hyams devra se contenter de pièces éparses et reconstituera le vaisseau Discovery selon des photos. `


Mission d'exploration : l'équipe d'astronautes cherche l'origine d'un signal...premier contact
L'enchaînement de la séquence est déjà un "classique" : le futur a son passé. 


Changement de plan par l'intermédiaire d'un écran de contrôle. Profondeur de champ par le jeu des cadrages...


Joli plan de la planête glacée. L'ombre portée du module d'exploration est étrange par rapport à la source de lumière. 



La jolie cosmonaute qui pilote le module : Natasha Shneider 1956-2008 (!) d'origine russe joua avec le groupe Queens of the Stone Age et composa des musiques de film (Cat Woman).


Une lumière fuse du sous-sol de la planète, frôle le vaisseau, traverse le champ...



...traverse l'espace.

Black out à bord du vaisseau Leonov, suite au premier signe de cette présence étrange...et vivante ? 



Une séquence : le passage du Leonov près du satellite de Jupiter permet de jouer avec la profondeur de champ. La réalisation est classique mais efficace. 


Le vaisseau accélère et s'enflamme. 


Du côté de la face cachée...


Luttant contres les effets de l'accélération... Un exemple de rapprochement américano-soviétique.


Saturation classique du champ par le passage du vaisseau-boule de feu. 

Contre-champ : 


Contre-champ :



On retrouve aussi la scène de la sortie dans l'espace. Même bruitage des respirations... ( C'est l'occasion d'explorer le thème de la fraternité...universelle malgré les dissensions politiques.)

Découverte du monolithe. 


son survol : 



"My God, It's full of stars..."


Quelques autres photogrammes pour vous inviter à découvrir 2010 l'année du premier contact , film à message, film hommage...
(Peut-être, une des plus belles séquence du film.)


Boite Noire ne s'ouvrira pas plus sur le film afin de ne pas vous priver du plaisir de le voir ou de le revoir. 

2 commentaires: