2010-12-10

Wall.E : synthèse





En 2008, Andrew Stanton, des studios




après avoir réalisé Le Monde de Némo et avoir été capable des simulations réalistes de la physique sous-marine, pouvait donc créer un film se déroulant en grande partie dans l'espace. C'est Wall.E

C'est un film d'animation, qui bien que pour la 1ere fois contient des scènes en prises de vues réelles, est en images de synthèse.

Cette expression technique ne fait plus réagir, tant on est habitué à l'entendre et à voir des longs métrages en images de synthèse. 

Je vous propose de s'y arrêter pourtant l'instant de quelques clics.
Les images que nous voyons lorsqu'elles sont dites de synthèse, ne sont plus l'enregistrement de la lumière. La nature chimique des images sur pellicule a laissé place à des images mathématiques.

Je crois que cette nouvelle nature ou "forme" de l'image transforme notre relation au cinématographe. J'emploie la forme complète du mot pour signifier toute l'épaisseur de son histoire et peut-être, tel qu'il avait été inventé, sa présente nature fossile, puisqu'aujourd'hui, ce cinéma n'est plus qu'une part de plus en plus discrète de l'industrie mondiale de l'Entertainment des standards hollywoodiens.

Si donc ces images sont de synthèse, c'est qu'elles sont la synthèse de quelque chose. 

Wall.E exprime cette synthèse, je crois, très manifestement.
Cette synthèse, je vous propose de la voir par les références explicites et implicites dont le film joue pour affirmer un propos moins innocent qu'il pourrait paraître. 

Autrement dit, quel est le statut de la référence dans Wall.E ?

Certains pourraient avancer que les films d'animation ont besoin de références à des classiques afin d'épaissir leur contenu trop mince, que ce sont des films destinés principalement aux enfants et que les clins d'oeil au cinéma font plaisir aux réalisateurs et rassurent les parents de la tenue morale du divertissement qui est proposé au jeune public, car personne n'est dupe, tout ceci est "l'enfance de l'art" d'un art pour les enfants. 

Il est remarquable tant cela est évident que Wall.E commence comme tous les classiques de science-fiction. Quelques plans du cosmos situent l'action, ancrent le film dans son genre. Bref, le film fait référence aux codes classiques du cinéma de science-fiction.


 Tout d'abord, un champ d'étoiles comme tous les champs d'étoiles que nous avons traversés dans la Boite Noire. 


Une autre vue de l'univers. Matte painting ? Non, image de synthèse : des 0 et des 1.


On fait des images comme ça aussi avec Hubble...


Il s'agit sans doute de la part des studios Pixar de montrer la qualité de leur animation et la maîtrise acquise au cours des films. Ce début de film est peut-être aussi une carte de visite. 

Il n'en reste pas moins qu'elle plonge le spectateur, comme il le souhaite, s'il est là pour voir un film de science-fiction, dans une autre dimension visuelle, un infini, un émerveillement conservé de l'enfance. 



Autre plan : on reconnaît notre système solaire. Immédiatement, la profondeur de champ -Graal du film de science-fiction, est magistralement montrée ; en effet, il n'y a plus techniquement de problème d'intégration d'un objet au premier plan avec un "fond" puisque l'image de synthèse synthétise les différents plans, les traitant comme un tout. 

L'histoire de la profondeur de champ que la Boite Noire veut esquisser par le champ d'étoiles trouve dans les films d'animation sa conclusion logique. 






J'aime particulièrement ce photogramme. Vous voyez les hexagones, taches lumineuses du soleil diffractées par l'optique d'une caméra qui n'existe pas ! 

Ce clin d'oeil audacieux au "cinéma de papa" signe immédiatement Wall.E comme un film réflexif sur le cinéma et plus encore comme un film "réfléchissant". 

Le défi de la profondeur de champ ayant été techniquement gagné, il s'agira donc plus que jamais de donner au récit sa profondeur. 

C'est bientôt dans la Boite Noire.


11 commentaires:

  1. Désolé pour ce retard, lecteurs ! La suite ne tardera pas.

    Sorry for this delay. The next part will be soon published.

    I apologize also people who used to read this blog in english. Pages are not translated until several months, because, you know I'm french, so my english sucks.

    I am researching someone who will be kind to transalte text of the blog. If anyone wants to get into it, I will be happy...Who knows ?

    RépondreSupprimer
  2. ah !
    du nouveau.
    je me reconnais assez dans les "certains", mais j'attends la suite avec une certaine impatience.

    RépondreSupprimer
  3. Mais, si Wall.e se sert des techniques qui reflechissent le cinematographe - les taches de lumiere qui reproduisent les lamelles d'une diaphragme imaginaire, un debut qui reproduit le genre, comme les postes de la boite noire ont tellement bien montre - ne serait-ce meme par besoin d'epaississement, justement?

    RépondreSupprimer
  4. je reconnais la subtilité de London Archaeologist... C'est LA question qui fait débat. La suite, j'espère, l'éclairera.

    RépondreSupprimer
  5. Bien vu, Lcvertigo... J'ai beaucoup aimé ce film. J'ai aussi constaté que les enfants ne l'apprécient guère : trop triste, trop cérébral, peut-être en lien avec tes propos. Difficile de dissocier les images de la bande-son, qui passe très progressivement du muet au parlant, non ?

    RépondreSupprimer
  6. Oui Bigboot, ce passage du muet au parlant devrait aussi faire l'objet d'une prochaine remarque. Je sais que je tarde ! Bientôt !

    RépondreSupprimer